Speed Smelling 2022 par IFF : sur un air de transatlantique

Cette publication est également disponible en : English

Cette année, les treize parfumeurs de la maison de composition ont planché sur le thème « Un Américain à Paris ». Un support propice à la liberté de création et à l’éloge des molécules dites « captives », exclusivement mises au point par l’entreprise.

C’est un peu le quartier libre, la récréation des parfumeurs de la maison de composition IFF (International Flavors & Fragrances). Initié en 2009, le Speed Smelling consiste à laisser, chaque année, une totale liberté aux créateurs. Un exercice à l’opposé des « briefs » et des contraintes (esthétiques, économiques…) qui régissent leur quotidien, en leur permettant de créer un parfum qui ne sera pas commercialisé via les réseaux classiques. Seul un coffret en édition limitée et proposé à la vente sur notre boutique en ligne rassemble les fragrances composées pour chaque millésime, au nombre de treize cette année. L’objectif est double : il s’agit à la fois de mettre en avant la virtuosité des parfumeurs et d’inclure dans les formules le plus possible de ces molécules dites « captives », c’est-à-dire mises au point en exclusivité par IFF. La latitude de création est toutefois encadrée : en clin d’œil aux racines d’Outre-Atlantique de la maison, la trame imposée cette année était « Un Américain à Paris », et chaque créateur disposait de deux mois pour rendre sa copie. Le 21 juin dernier, les parfumeurs maison ont pu présenter aux médias les fragrances inspirées par ce thème et défendre leurs partis-pris olfactifs lors de face-à-face de sept minutes chrono avec chaque journaliste présent. D’où le nom de Speed Smelling, en référence aux sessions de speed dating, ces entretiens entre célibataires rythmés par un timing serré… 

Coups de cœur, coups de foudre ? Voici nos impressions sur le millésime 2022, les parfumeurs étant présentés par ordre alphabétique.

Céline Barel vise les étoiles en imaginant « un parfum blanc comme la lune et rond comme une planète ». En 2002, IFF et la NASA avaient étudié les effets de l’apesanteur sur le parfum de plusieurs roses embarquées à bord de la navette Discovery. Un Living (1) Space Rose, rappelant ce partenariat, constitue le cœur de la fragrance. Autour gravitent un Living de basket neuve aux accents synthétiques et un fond mêlant une overdose d’absolue d’ambrette LMR, des muscs captifs IFF (Edenolide et Sinfonide) et de l’essence de santal de Nouvelle-Calédonie. Doux et enveloppant.

Nicolas Beaulieu tisse un parallèle entre les prestigieuses universités américaines formant l’Ivy League (Ivy se traduisant en français par « lierre ») et nos chênaies européennes. Son hommage revendiqué aux « chypres verts américains, symboles de la parfumerie des années 1970 » se traduit par « la dualité entre une verdeur à la fois craquante et sombre ». En tête, le Vertonic (captif IFF) fuse. L’absolue de lentisque Maroc LMR apporte une texture verte plus charnue, plus « liane ». Un soupçon d’animalité s’ensuit avec l’absolue de narcisse Conscious LMR (cultivé en Lozère) avant que l’absolue de genêt Italie ne réchauffe l’ensemble de ses notes miellées. Une fragrance aux accents intemporels.

Caroline Dumur a souhaité réconcilier deux visions du « propre » : l’américaine « façon splash de pastèque et concombre » et la française « plus héliotrope et vanille ». Des aldéhydes et du gourmand en bonne intelligence ? Pari tenu. Le captif Opalene propulse ses notes d’agrumes, l’essence de polygonum LMR et le poivre rose extrait CO2 assurent l’esprit « lessive ». Enfin, la délicatesse rassurante du néroli Tunisie LMR et la touche guimauve de l’Iris Ultimate LMR tirent enfin à eux la couverture de ce parfum doudou ultra réconfortant.

Anne Flipo surfe sur une vague verte et florale bien délicate. Celle initiée en 1966 par Joséphine Catapano, travaillant chez IFF et considérée comme la première parfumeuse américaine, avec son chef-d’œuvre Fidji, composé pour Guy Laroche. Le registre vert – très large, tour à tour épicé, frais et juteux – se déploie à travers l’essence de romarin Tunisie LMR, l’essence de sauge sclarée France LMR ou encore l’essence de géranium Égypte. Avec un équilibre sensible et admirable, un souffle lumineux irradie peu à peu la partition de ses notes florales (essence d’ylang Extra LMR), fruitées (accord noix de coco) et épicées (gousse de vanille extrait CO2).

Paul Guerlain donne rendez-vous à Saint-Germain des Prés, pour partager un moment avec la parfumeuse d’IFF Sophia Grojsman. Cette révérence appuyée d’un jeune parfumeur à un mythe qui l’inspire et l’impressionne à la fois fait appel à trois principaux ingrédients : l’isobutyle quinoléine (notes cuirées), l’aldéhyde C-14 (lactone aux facettes de pêche) et l’absolue d’iris Ultimate LMR. « L’absolue de café arabica extrait CO2, très subtil, achève de planter le décor d’un café parisien », explique le parfumeur. Un hommage à la féminité, velouté, rond et profond.

Nelly Hachem-Ruiz recule sa montre de 78 ans. Nous voici en 1944, les narines titillées par le Coca-Cola et le tabac blond des cigarettes des G.I.’s. L’accord soda pétille, mené tambour battant par l’essence de limette, l’essence de gingembre frais LMR et l’essence d’écorce de cannelle Essential LMR. Un tabac blond herbacé (composé grâce à l’essence de flouve odorante) illuminé par l’absolue d’immortelle LMR émerge de cette mêlée en gonflant les pectoraux (AmberXtreme surdosé). Une belle et efficace interprétation de l’ultra-classique note tabac. 

Jean-Christophe Hérault réunit deux antagonismes : la minéralité brute émanant des grands espaces américains (« le silex des canyons et la pierre à fusil pour le côté conquérant des armes à feu ») d’une part et… la sensualité très française de la poudre d’iris. Le feu s’allume avec l’odeur d’étincelle de la Pyromist, un captif IFF propulsé en tandem avec le poivre rose extrait CO2 LMR. La concrète d’iris LMR, charnelle, s’y fraie un chemin, escortée par les touches fumées d’essence de patchouli Indonésie LMR et d’essence de vétiver Haïti LMR For Life. Comme l’écho d’un coup de feu entre deux roches, le tout résonne sur un fond musqué par la Sinfonide.

Juliette Karagueuzoglou règle son compte « à deux emblèmes nationaux ayant été considérés comme vulgaires en France ou aux États-Unis : le Coca-Cola et Opium d’Yves Saint Laurent ». Les deux étant reliés par la cannelle et la vanille. L’essence de limette cœur LMR pétille comme une première gorgée de Coca que vient rafraîchir la verdeur d’un captif IFF, l’Aquaflora. Le cuir Saffiano (captif IFF) installe une sensualité rehaussée par l’essence d’écorce de cannelle essential LMR et la gousse de vanille extrait CO2 LMR (gourmandes) puis l’essence de bois de chêne rectifiée LMR (à la facette liquoreuse). Culotté mais tellement pertinent (et du reste, 100% en phase avec le thème imposé). Coup de cœur. 

Delphine Lebeau capture l’odeur d’un cliché très cinématographique : « Un Américain vient d’atterrir à Paris. Arrivé à son hôtel, il enfile un polo qui sent bon la lessive et descend à la boulangerie acheter du pain ». Le rôle de la fraîcheur du détergent est conjointement assuré par le captif Vertonic et un accord pomme aqueux pimpé d’aldéhydes évoquant le savon. En superposition, l’accord baguette envahit durablement l’espace à grands renforts de pyrazines et de captifs Ambertonic et AmberXtreme. Mais l’effet, artistiquement enthousiasmant et criant de vérité, peut s’avérer difficile à porter sur la durée au regard de son dosage en pyrazines.

Meabh Mc Curtin, nostalgique de la culture pop de l’Amérique des années 1970, subtilise l’un des célèbres tableaux d’Andy Warhol figurant une boîte de soupe Campbell’s – en l’occurrence celle à la crème de champignon. Objectif : s’approprier la démarche du plasticien en brisant à son tour les contours (ici olfactifs) entre vie quotidienne et création artistique. Ce champignon gourmand se déploie au cœur d’un accord chypré associant le romarin Tunisie LMR et le vétiver Java LMR. Le patchouli cœur N°4 LMR offre une facette végétale plus humide, tandis que la gousse de vanille extrait CO2 LMR et le bois de chêne extrait CO2 LMR confèrent au parfum une langueur gourmande. Une expérimentation déroutante et étrangement addictive.

Domitille Michalon-Bertier convoque un millefeuille végétal inspiré par la redécouverte d’un captif IFF de 1949, la Verdima. Cette molécule évoquant la feuille de tomate est ici adossée à la facette camphrée de l’essence d’armoise cœur N°2 LMR, à la douce brûlure du poivre de Timur extrait CO2 LMR et à l’élégance verte et patinée de l’absolue de narcisse Conscious LMR. Très complexe et oscillant entre le végétal, le fruité et le musqué, cette composition se drape d’un voile de mystère par l’entremise du Cashmeran et de l’Ambertonic.

Julien Rasquinet s’empare du registre fruité dans sa version américaine. « J’ai retenu la mirabelle pour sa tonalité sucrée et ses notes proches du melon. J’ai voulu la contenir dans un parfum de peau subtilement poudré », résume le parfumeur. L’édifice est dominé par un accord mirabelle enrobé de lactones et d’absolue de fleur d’oranger Tunisie LMR. L’effet frais, poudré et irisé est apporté par le Sinfonide. Un fruité très lisible, solaire et régressif, comme un souvenir d’enfance.

Dominique Ropion dresse un constat : les notes vertes fascinent les parfumeurs de chaque côté de l’Atlantique. « Plutôt acétals et galbanum en France et Triplal, un captif IFF des années 1950, pour les États-Unis ». Le parfumeur a combiné le classicisme de notes vertes (essence de galbanum Afghanistan LMR) et fruitées (framboise et litchi, mais aussi agrumes) à la vibration plus moderne de l’AmberXtreme et du Cashmeran. La facette florale déployée par l’absolue de jasmin sambac LMR ponctue le tout « d’une touche d’élégance française ». Un jeu de rémanences séduisant entre les deux continents, le passé et le présent. 

Enchaîner en un peu plus d’une heure et demie treize découvertes de parfums en écoutant leurs créateurs décrire leurs intentions, voilà qui n’est pas banal. L’exercice donne presque le tournis. Il s’avère tout aussi réjouissant lorsque l’on redécouvre les compositions après coup, au calme, en relisant ses notes. À quelques rares exceptions près, les premières impressions se confirment, même plusieurs semaines après. Et l’on attend de voir quelles fragrances, peut-être remaniées, pourraient rejoindre les rayons des parfumeries dans les prochains mois.

(1) Ce procédé inventé par IFF consiste à capturer in situ une odeur, sur le principe d’une photographie numérique, en décodant ses composants pour les reconstituer artificiellement.

Coffret Speed Smelling « Un Américain à Paris » par IFF, 10 x 11 ml, 150 € avec livret

Édition limitée de 50 exemplaires, disponible en prévente sur shop.bynez.com

Photos : © IFF

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avec le soutien de nos grands partenaires