Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Per Fuma Technika, les mythes cachés de la parfumerie, par Lionel Favre, au MIP

15 septembre 2018 : 10h00 - 11 novembre 2018 : 17h30

4€
En se basant sur des plans techniques des archives de Givaudan, Lionel Favre tente de révéler l’histoire et les mythes cachés de l’univers de la Parfumerie. Il restaure d’anciens plans et documents techniques, puis, utilise leur structure architecturale pour y nicher une vie organique. C’est une rencontre intemporelle entre un ingénieur et un artiste qui crée une symbiose entre la science et l’imagination.
Le projet est né de la rencontre entre Willem Mutsaerts, Senior Vice Président Global Fragrance Operations, et de l’artiste Lionel Favre, diplômé de l’Académie des Beaux-arts de Vienne. Chaque année, Givaudan loue des œuvres d’artistes contemporains afin de les exposer dans leurs locaux de Vernier. Lorsque Lionel Favre propose de créer des œuvres basées sur des plans des archives de Vernier, le Givaudan Art Project est né.
Après avoir visité Grasse et son Musée International de la Parfumerie, rencontré des créateurs indépendants, visité le site de Vernier lors de la croisière des Parfums, rencontré de jeunes créateurs de parfum à Paris, visité le site d’Argenteuil et rencontré les étudiants de l’école de parfumerie Givaudan, sans oublier une rencontre exceptionnelle avec Roman Kaiser “le Chasseur de Parfums”, Lionel Favre nous transporte dans son univers en révélant dans les plans une fantaisie qu’on n’aurait su deviner au premier coup d’œil.
Lionel Favre met en valeur la tradition et l’histoire de la parfumerie, en utilisant l’art comme moyen de rassembler des informations sans jugements historiques. Il marque ainsi sa génération qui passe de l’analogue au digital en sauvant des documents qui disparaîtraient probablement dans l’anonymat d’une salle d’archives.
La collection « Per Fuma Technika » rassemble huit plans techniques traités à l’encre noire et deux toiles peintes à l’huile. L’on débute ainsi son voyage à la source de l’humanité, le Jardin d’Eden, le voyage se poursuit au temps des pharaons, passe par la cour de Louis XIV, se penche sur la découverte des molécules artificielles, de l’avancée technologique dans les laboratoires et évidement, raconte les aventures du fameux Roman Kaiser sur la canopée. Puis, on passe au quotidien de la production et finalement, une interprétation du futur de la parfumerie. Les deux toiles sont des hommages. La première aux parfumeurs et la seconde aux dix fleurs les plus menacées d’extinction sur la planète.

 

 

Jeune artiste suisse, Lionel Favre, vit en Autriche où son œuvre est déjà largement reconnue. Son travail établit un constat très original de la révolution numérique que connaissent nos sociétés industrielles occidentales. Il prend comme support des plans techniques du XXe siècle issus directement du dessin industriel, activité désormais disparue, l’ordinateur ayant remplacé la main de l’Homme. L’ensemble que nous présentons au MIP provient d’un projet réalisé à partir de documents originaux des bureaux d’études de la société Givaudan et consacrés aux machines, extracteurs, distillateurs, variations diverses de circuits de tuyauteries de la parfumerie.

 

Vernissage : Samedi 15 septembre à 11h00 

Détails

Début :
15 septembre 2018 : 10h00
Fin :
11 novembre 2018 : 17h30
Prix :
4€
Catégorie d’Évènement:
Évènement Tags:
Site :
http://www.museesdegrasse.com/evenement/lionel-favre-fuma-technika

Organisateur

Musée international de la parfumerie
Téléphone :
+33 4 97 05 58 00
Voir le site Organisateur

Lieu

Musée international de la parfumerie
2 boulevard Jeu de ballon
Grasse, 06130 France
+ Google Map

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En se basant sur des plans techniques des archives de Givaudan, Lionel Favre tente de révéler l’histoire et les mythes cachés de l’univers de la Parfumerie. Il restaure d’anciens plans et documents techniques, puis, utilise leur structure architecturale pour y nicher une vie organique. C’est une rencontre intemporelle entre un ingénieur et un artiste qui crée une symbiose entre la science et l’imagination.
Le projet est né de la rencontre entre Willem Mutsaerts, Senior Vice Président Global Fragrance Operations, et de l’artiste Lionel Favre, diplômé de l’Académie des Beaux-arts de Vienne. Chaque année, Givaudan loue des œuvres d’artistes contemporains afin de les exposer dans leurs locaux de Vernier. Lorsque Lionel Favre propose de créer des œuvres basées sur des plans des archives de Vernier, le Givaudan Art Project est né.
Après avoir visité Grasse et son Musée International de la Parfumerie, rencontré des créateurs indépendants, visité le site de Vernier lors de la croisière des Parfums, rencontré de jeunes créateurs de parfum à Paris, visité le site d’Argenteuil et rencontré les étudiants de l’école de parfumerie Givaudan, sans oublier une rencontre exceptionnelle avec Roman Kaiser “le Chasseur de Parfums”, Lionel Favre nous transporte dans son univers en révélant dans les plans une fantaisie qu’on n’aurait su deviner au premier coup d’œil.
Lionel Favre met en valeur la tradition et l’histoire de la parfumerie, en utilisant l’art comme moyen de rassembler des informations sans jugements historiques. Il marque ainsi sa génération qui passe de l’analogue au digital en sauvant des documents qui disparaîtraient probablement dans l’anonymat d’une salle d’archives.
La collection « Per Fuma Technika » rassemble huit plans techniques traités à l’encre noire et deux toiles peintes à l’huile. L’on débute ainsi son voyage à la source de l’humanité, le Jardin d’Eden, le voyage se poursuit au temps des pharaons, passe par la cour de Louis XIV, se penche sur la découverte des molécules artificielles, de l’avancée technologique dans les laboratoires et évidement, raconte les aventures du fameux Roman Kaiser sur la canopée. Puis, on passe au quotidien de la production et finalement, une interprétation du futur de la parfumerie. Les deux toiles sont des hommages. La première aux parfumeurs et la seconde aux dix fleurs les plus menacées d’extinction sur la planète.

 

 

Jeune artiste suisse, Lionel Favre, vit en Autriche où son œuvre est déjà largement reconnue. Son travail établit un constat très original de la révolution numérique que connaissent nos sociétés industrielles occidentales. Il prend comme support des plans techniques du XXe siècle issus directement du dessin industriel, activité désormais disparue, l’ordinateur ayant remplacé la main de l’Homme. L’ensemble que nous présentons au MIP provient d’un projet réalisé à partir de documents originaux des bureaux d’études de la société Givaudan et consacrés aux machines, extracteurs, distillateurs, variations diverses de circuits de tuyauteries de la parfumerie.

 

Vernissage : Samedi 15 septembre à 11h00 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avec le soutien de nos grands partenaires